Axians a développé un système sans contact permettant d’optimiser la logistique de l’industrie des produits en vrac. Baptisé iDISPO, ce portail en ligne gère de bout en bout l’automatisation des chargements de matières premières.

Les solutions numériques sans contact peuvent sensiblement améliorer les processus industriels et leur fiabilité. Une technologie par ailleurs opportune en cette période de pandémie. Axians IAS, une entreprise de VINCI Energies spécialisée dans les services et solutions logiciels dédiés à l’industrie, en fait la preuve à travers son système iDISPO (Internet Disposition).

« Aujourd’hui, le choix d’une entreprise ne dépend plus seulement du produit qu’elle vend, mais des services numériques qu’elle propose. »

Ce portail en ligne conçu pour l’industrie des produits en vrac permet d’intégrer des tiers, par exemple des transporteurs qui peuvent ainsi planifier le passage de leurs camions, suivre l’état de la livraison et recevoir les documents correspondants en ligne.

Mis en service en février 2020 chez le cimentier allemand Phoenix Zementwerke, iDISPO permet aux clients de l’industriel de planifier des plages horaires afin de réduire les temps d’attente, d’optimiser la chaîne d’approvisionnement en préparant en avance leurs camions ou de prévoir les chargements en fonction des matières.

Pour l’usine de matières premières, l’intérêt est de pouvoir mieux coordonner production et expédition, mais aussi de déterminer le meilleur moment pour engager des travaux de maintenance, par exemple. « L’avantage de cette plateforme en ligne est, pour l’industriel, de déléguer une partie du travail à ses partenaires qui peuvent y accéder 24 h/24 et 7 j/7 », avance Sabine Maier, Sales & Marketing Manager d’Axians IAS en Allemagne.

Numéro d’authentification

Dès qu’une livraison est créée, afin de permettre l’accès des camions du client aux terminaux de l’usine, le système iDISPO lui envoie un TAN (Transaction Authentication Number) via une carte RFID ou un QR Code sécurisé par un code PIN, voire un appareil mobile qui est, selon Sabine Maier, « la solution optimale tant en termes de sécurité que de praticité ». Le chauffeur peut ainsi s’identifier au niveau du terminal automatique de l’usine sans qu’aucun employé de celle-ci ait besoin d’être présent. 

L’intérêt économique est évident. Avant l’installation de ce système automatisé, Phoenix Zementwerke employait trois équipes qui se succédaient sur le site de 5 heures à 20 heures pour la gestion des flux.

Désormais, la cimenterie est opérationnelle 24 h/24 et 7 j/7 avec une seule équipe en journée, qui peut par ailleurs se consacrer à d’autres tâches. « Sans compter qu’un système informatique ne fait aucune erreur, contrairement à un planificateur humain », ajoute Sabine Maier.

Une expérience client améliorée

Mais au-delà d’indéniables gains financiers, « ce système permet à nos clients d’offrir un service optimisé à leurs partenaires transporteurs et par voie de conséquence aux propres clients de ces derniers », souligne la responsable d’Axians IAS.

Un avantage important, car, ajoute-t-elle, « aujourd’hui, le choix d’une entreprise ne dépend plus seulement du produit qu’elle vend, mais des services numériques qu’elle propose ».

Autre avantage, indirect cette fois, la rationalisation des flux de camions – et donc des files d’attente – assure « une réduction des émissions de CO2, surtout pour les plus grandes usines du secteur ».

La mise en service d’un système comme iDISPO nécessite l’installation d’un serveur dédié et de son certificat de sécurité SSL, de barrières photoélectriques, de terminaux en libre-service et d’une couverture réseau fiable et stable au sein de l’usine.

Mais Axians IAS rappelle que l’installation du logiciel iDISPO ne suffit pas à lui seul. L’apprentissage des utilisateurs de ce nouvel outil et la capacité à repenser son organisation interne sont essentiels.

« Nos experts ont une connaissance suffisamment poussée des secteurs concernés et des processus de gestion des chantiers pour établir et exécuter un programme de ce type de façon optimale en tenant compte notamment du marché : en croissance, on optimisera les flux, en déclin, on travaillera sur les coûts », explique Sabine Maier.

D’autres industriels que Phoenix Zementwerke ont été convaincus par le système iDISPO. Toujours en Allemagne, le groupe HeidelbergCement s’est ainsi doté d’une plateforme de ce type pour ses usines de ciment mais aussi de granulats dans plusieurs pays, dont l’Allemagne et les Pays-Bas. Sa filiale Norcem pour ses sites en Norvège, mais aussi le Franco-Suisse LafargeHolcim aux Philippines ou Yamama Cement Company en Arabie saoudite, entre autres, ont également adopté ce système.

15/06/2021