Fibre, wifi, LoRa, 4G et demain 5G : quel est le meilleur réseau pour une ville intelligente efficiente et performante ? La meilleure réponse est une combinaison de réseaux qui convergent vers une plateforme de partage des données, appuyée sur l’infrastructure existante de la ville et privilégiant les standards ouverts.

Fibre, 5G, wifi, Bluetooth, LoRa, Sigfox… Quel est le réseau idéal pour connecter les multiples objets communicants de la smart city ? Aucun, ou plutôt tous, répondent les experts. Pour Stéphan Guidarini, chef d’entreprise chez Axians (VINCI Energies), « il n’y a pas une solution unique et universelle qui permettrait de connecter les bus, les voitures, l’éclairage urbain, les réseaux d’eau et d’énergie qui intègrent des capteurs ».

Et d’ajouter : « La meilleure solution, pour une collectivité, est un mix de mobile, de fibre, de wifi et de LoRa. Chaque technologie répond à un besoin spécifique, sur le plan de la couverture, de la fiabilité et de l’efficacité» Selon que l’on veut privilégier la portée, le coût, la consommation d’énergie, la largeur de bande ou encore la latence – temps de transfert des données plus ou moins long –, on retiendra une technologie plutôt qu’une autre.

Caméra analytique et intelligente

Un réseau de fibre optique déjà en place dans une collectivité pourra ainsi être utilisé pour aller irriguer différents points si l’on a besoin de débit. Par exemple, pour installer des caméras analytiques, parfois plus intéressantes qu’un système de capteurs. A Lisbonne, Axians a déployé une solution de smart parking basée sur cette technologie, qui allie la captation d’images à l’analyse d’images vidéo, non seulement pour remonter des informations sur l’occupation des places, mais également pour détecter des comportements non adaptés ou des sens de circulation non respectés.

« Le cœur du système d’information de la smart city, c’est la base de données mutualisée qui stocke et permet de corréler les données remontées par les réseaux. »

L’analyse du trafic de la place de la Nation, à Paris, est un autre exemple de l’usage fait de la caméra intelligente qui sait reconnaître, dans un flux urbain, les piétons, les voitures, et même les comportements anormaux de voitures pour détecter un accident. « Plus précise et plus simple à mettre en œuvre, la caméra analytique est appelée à se développer largement dans la smart city », avance Stéphan Guidarini. D’autant que l’on sait aujourd’hui, en traitant la data de façon locale avec le « edge computing », ne pas remonter de données qui permettraient d’identifier les personnes ou les véhicules.

Radieuse 5G

Pour faire circuler ces fichiers lourds, on a besoin de débit et certaines fois le wifi ne suffit pas. En revanche, si la collectivité a décidé d’offrir, à ses habitants, ce service de connexion à l’Internet sans fil, on peut également utiliser ce réseau pour interagir avec le citoyen à qui l’on aura proposé d’installer une application. On pourra aussi, comme à Aix-en-Provence, comptabiliser des flux piétons à partir de cette offre de wifi, afin d’étudier les déplacements dans la cité.

Pour des usages reposant sur des capteurs et remontant peu de données, des réseaux bas débit et consommant peu d’énergie comme LoRa et Sigfox sont tout à fait indiqués. A Aix-en-Provence, les capteurs permettant de mesurer la qualité de l’air ou le niveau de remplissage des poubelles envoient leurs données toutes les heures via le réseau LoRa de la ville. Ce réseau bidirectionnel permet également d’envoyer des instructions vers l’objet communicant, pour contrôler l’arrosage intelligent des jardins de la ville par exemple. LoRa est une technologie qui s’appuie sur des protocoles ouverts, ce qui permet à la collectivité de faire évoluer dans le temps son scénario de smart city tout en garantissant la pérennité des investissements réalisés. L’utilisation de protocoles ouverts est à privilégier, car l’interopérabilité est clé dans l’efficience de la smart city.

Promise à un avenir radieux dans la ville intelligente, la 5G ne chassera pas pour autant les différents réseaux. D’un coût plus élevé, elle sera mise à profit pour des usages réclamant à la fois du débit et de la performance. Par exemple dans le cadre de la gestion de la mobilité, pour la voiture connectée, indique le chef d’entreprise Axians.

Outre les caractéristiques techniques, il est important de prendre en compte d’autres critères dans le déploiement de l’infrastructure de communication de la ville. D’une part « partir de l’existant ». Des réseaux de communication existent déjà au sein des villes et peuvent être réutilisés dans cette construction. D’autre part, « afin de maîtriser ses coûts dans la durée et d’assurer une gouvernance de la donnée qui soit indépendante des parties prenantes qui gravitent autour du territoire, il est préférable que la ville soit propriétaire de ses réseaux de communication », précise Edouard Henry-Biabaud, Business Development Manager chez Axians.

Les réseaux de communication forment la première brique du socle technologique de la ville, qui en compte trois. « La deuxième brique, c’est la base de données mutualisée, qui va stocker et permettre de corréler l’ensemble des données de la ville remontées par les réseaux. Cette centralisation des données est essentielle dans une démarche smart city, car elle permet d’accroître la valeur ajoutée délivrée par la troisième brique. Celle-ci est constituée par les applications métiers, qui sont le support des nouveaux usages pour les citoyens ou les services en charge de la gestion de la ville, et qui seront d’autant plus pertinentes qu’elles combineront des données d’origines multiples pour présenter une vision plus proche du fonctionnement réel de la ville », souligne Edouard Henry-Biabaud.

10/07/2019

En savoir plus :
https://www.ft.com/