Pour son usine de Ploiesti en Roumanie, le cigarettier a retenu des solutions de climatisation sur mesure qui lui permettront d’exploiter efficacement ses équipements avec de nouvelles lignes de production, et ainsi de réduire sa facture énergétique tout en améliorant sa compétitivité.

L’innovation est vitale pour l’industrie du tabac, qui doit s’adapter à une clientèle qui aimerait préserver sa santé sans renoncer à la sensation de fumer. Concernant la dernière génération de produits, basés sur un tabac chauffé et non plus brûlé, British American Tobacco (BAT) vise la place de numéro un mondial. Dans ce but, la multinationale a décidé d’investir quelque 800 millions d’euros sur une période de 5 ans dans son usine de Ploiesti, en Roumanie, pour transformer ce site et créer des lignes de production de tabac à chauffer destiné au marché européen.

Le cahier des charges de cette transformation est inhabituel : il faut respecter les normes spécifiques au secteur du tabac, tout en optimisant la facture énergétique, dans un environnement qualité strictement contrôlé. Cela a conduit BAT à choisir deux entreprises de VINCI Energies en Roumanie, TIAB HVAC et Actemium Electric Ploiesti, pour installer l’ensemble des systèmes mécaniques, électriques, technologiques et anti-incendie.

Parmi tous les systèmes dans SOW, « il est essentiel de soigner la conception des systèmes de ventilation et de climatisation, qui sont de gros postes de consommation d’énergie », commente Dragos Filoneanu, le maître d’ouvrage de BAT. Il se félicite des « choix d’équipements innovants et de grande efficacité énergétique » qui permettent de « diminuer l’empreinte carbone tout en améliorant la compétitivité de l’entreprise ».

Des exigences apparemment incompatibles

Les solutions techniques apportées par TIAB HVAC dans l’usine de Ploiesti répondent à des exigences apparemment incompatibles, comme de limiter la facture énergétique tout en garantissant des conditions ambiantes toute l’année. « La température doit être strictement contrôlée et l’humidité relative s’écarter au maximum de 5 % de la valeur de consigne », indique Alexandru Cristea, directeur de TIAB HVAC. Un tour de force dans un pays où les températures habituelles oscillent entre –15 °C et +33 °C, mais atteignent de plus en plus souvent des niveaux extrêmes, jusqu’à –25 °C en hiver et +40 °C en été. Cette amplitude implique des dépenses énergétiques considérables. « Le choix de solutions telles qu’un système de récupération d’énergie ou des systèmes de refroidissement souples contribuera à optimiser les coûts », précise-t-il.

« La clé de ce projet réside dans la collaboration avec une équipe maîtrisant les dernières technologies d’économie d’énergie et capable d’élaborer des solutions sur mesure. »

Ce chantier, qui s’inscrit dans une extension du site de Ploiesti, doit être conduit sans interruption de la production actuelle. « C’est un des plus grands défis de ce projet », souligne Alexandru Cristea. Il ajoute que, pour des raisons de sécurité, les techniciens de VINCI Energies ont dû suivre une formation spéciale. Ils doivent en effet travailler à 12 mètres de hauteur sur les toits, en hiver quand les températures sont généralement négatives, pour installer la station de production d’eau froide et le matériel de traitement de l’air, un élément important dans son activité.

Pour Dragos Filoneanu, dirigeant de BAT, « la clé de ce projet réside dans la collaboration avec une équipe maîtrisant les dernières technologies d’économie d’énergie, et capable d’élaborer des solutions sur mesure, adaptées à nos besoins spécifiques à chaque phase du projet et de sa réalisation ». Pour cela, elle travaille sur « des solutions éco-énergétiques et respectueuses de l’environnement qui nous permettent de réaliser des gains de productivité importants ». La nouvelle usine devrait être entièrement opérationnelle fin 2019.