En investissant dans une nouvelle centrale thermique au gaz, la ville de Flensburg, dans le nord de l’Allemagne, va réduire les émissions de CO2 de 40 % tout en arrêtant les chaudières à charbon en avance sur le calendrier gouvernemental.

La ville de Flensburg, en Allemagne, proche de la mer Baltique et du Danemark, va pouvoir se passer complètement du charbon pour produire son énergie plus tôt que prévu par le calendrier du gouvernement fédéral. La clé de cette accélération ? Une nouvelle centrale thermique au gaz naturel dont la mise en service est prévue en 2022. Cet équipement, dénommé Chaudière 13, permettra de produire de l’énergie avec plus d’efficience, mais aussi de mettre en préretraite deux chaudières à charbon. Celles-ci devraient en effet fonctionner encore une dizaine d’années avant de baisser le rideau.

Le passage du charbon au gaz naturel constitue une réponse pertinente aux problèmes posés par la production croissante d’électricité issue de l’éolien.

Le bénéfice de cette évolution en termes de lutte contre les gaz à effet de serre est tangible. « Chaudière 13 réduira les émissions de CO2 de 40 % pour la même quantité d’énergie que les centrales à charbon », souligne Olaf Rhein, chef d’entreprise d’Actemium Hannover, impliquée dans l’installation de la centrale. Ainsi, quelque 120 000 tonnes de CO2 devraient être effacées chaque année avec l’entrée en service de cette nouvelle usine. Un gain appréciable pour cette commune de 90 000 habitants, pour laquelle le projet Chaudière 13 constitue une nouvelle étape dans la marche vers la production d’une énergie neutre en CO2.

En outre, le passage du charbon au gaz naturel constitue une réponse pertinente aux problèmes posés par la production croissante d’électricité issue de l’éolien, particulièrement dans le nord de l’Allemagne. Par nature intermittente, l’électricité éolienne implique des besoins de compensation des écarts de production. L’usage du gaz naturel offre justement la possibilité d’une utilisation rapide et flexible des installations. Un double bénéfice pour l’environnement.

Gaz et vapeur

Le projet Chaudière 13 poursuit la transition entamée dans les années 2014-2016, déjà avec le concours d’Actemium. On parlait du projet Chaudière 12 dont l’élément central était, comme c’est à nouveau le cas pour Chaudière 13, la construction d’une centrale gaz-vapeur (turbine à gaz à cycle combiné) pour la production combinée de chaleur et d’électricité.

Dans ce type de centrale, le gaz naturel est utilisé pour produire de l’électricité en deux phases. Le gaz naturel fait fonctionner une turbine et un générateur ; les gaz d’échappement de cette turbine sont utilisés pour produire de la vapeur ; celle-ci va à son tour faire fonctionner une turbine et un générateur qui produisent un surplus d’électricité.

Cette combinaison est extrêmement performante, souligne Olaf Rhein : « Une centrale électrique moderne alimentée au gaz qui ne produit que de l’électricité a un rendement maximal de 60 %. En comparaison, Chaudière 13, avec une puissance de chauffage urbain de 70 MW, aura une efficacité de plus de 90 % grâce à la production conjointe d’électricité et de chauffage urbain. C’est par ailleurs environ 10 % de plus que la production de l’ancienne chaudière à charbon. »

Une fois achevée la modernisation de sa centrale de production combinée de chaleur et d’électricité, Flensburg couvrira jusqu’à 80 % de l’approvisionnement en chauffage urbain avec du gaz naturel. La ville pourra aussi s’enorgueillir d’avoir atteint avant l’heure l’objectif de suppression du charbon que le gouvernement allemand a fixé à 2038 au plus tard.

17/05/2021