© Pexels

L’hyperviseur développé par Actemium Paris Transport permet à l’exploitant du quartier d’affaires de visualiser et corréler en temps réel l’ensemble des datas émises sur le site pour une gestion efficiente des événements.

Faire d’une ville une smart city repose notamment sur la collecte et le traitement, en temps réel, d’un volume de données en croissance exponentielle. Ville dans la ville, le quartier d’affaires de La Défense, à Paris, s’est ainsi doté d’un hyperviseur, plateforme permettant de fédérer les différents systèmes de supervision du site pour une meilleure exploitation de la ville.

Réalisé par VINCI Energies, cet hyperviseur, installé dans le PC sécurité du site pour le compte des deux établissements d’aménagement (Epadesa) et de gestion (Defacto) du quartier de La Défense, permet de visualiser en 3D, dans un environnement aux couches physiques multiples (RER, autoroute, métro, dalle piétons, voies routières intérieures, galeries techniques…), l’ensemble des données émises. Il permet ainsi de prendre les meilleures décisions, dans les meilleurs délais, en matière de maintenance et de sécurité notamment.

Cartographie efficiente

« Cette cartographie efficiente intègre une dizaine d’interfaces techniques permettant d’unifier les commandes, qu’il s’agisse des interphones, des éclairages, des panneaux d’information ou des postes d’appel d’urgence », explique Clémence Borezée, responsable d’affaires pour Actemium Paris Transport (VINCI Energies). « L’intérêt, c’est de pouvoir géolocaliser tous les incidents potentiels et de les faire remonter pour gérer simultanément plusieurs zones concernées. »

L’hyperviseur offre une vision transversale des problématiques et permet de rompre avec une logique de réflexion et d’intervention en silos.

Au total, plus de quinze mille équipements peuvent être supervisés ou utilisés à des fins de repérage. « Par exemple, poursuit Clémence Borezée, si une personne fait un malaise à côté de la statue de Miró, cette information permet au système de pilotage de prendre les décisions les plus pertinentes pour gagner en efficacité et en rapidité. »L’hyperviseur peut piloter tous types de capteurs et actionneurs grâce à une vue d’ensemble en 3D, et adapter l’ensemble des ressources pour optimiser la résolution de l’incident. « Cela va de l’ouverture ou de la fermeture des portes pour les pompiers à la gestion des feux tricolores pour désengorger le trafic », détaille la responsable d’affaires. Sur les incidents mineurs, par exemple une panne de caméra, les interventions de maintenance sont simplifiées et plus rapides.

Gains d’énergie et de temps

Cette technologie de cartographie efficiente est également déployée sur les ponts de Tancarville et de Normandie. « Le site est très différent, mais l’hyperviseur est paramétrable à l’envi, souligne Clémence Borezée. Seuls les protocoles de communication doivent être modifiés pour être adaptés à la carte. »

L’hyperviseur offre une vision transversale des problématiques et permet de rompre avec une logique de réflexion et d’intervention en silos, avec des gains d’énergie et de temps précieux, surtout dans les situations de crise.

A terme, les ressources pourraient également être ouvertes en open data aux citoyens pour leur permettre, par exemple, de trouver plus facilement une place de parking. Les entreprises gagneraient tout autant à s’approprier cet outil afin de pouvoir mieux s’adresser à leurs clients et rendre leurs expériences de mobilité plus fluides.

 

13/12/2017