Lauréate du challenge VINCI Energies à VivaTech 2019, Helios Exchange se veut la première plateforme intégrée dédiée aux projets de rénovation énergétique des bâtiments. Avec à la clé, pour les propriétaires de structures tertiaires, des gains substantiels en temps et en argent.

Les propriétaires de bâtiments tertiaires d’une surface égale ou supérieure à 1 000 m² n’ont plus guère le choix : il leur faut agir d’urgence sur la consommation énergétique de leurs structures. En France, par exemple, un récent décret dans le cadre de la loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan) impose une réduction des consommations d’énergie finale des bâtiments d’au moins 40 % dès 2030 (par rapport à 2010), puis de 50 % en 2040 et de 60 % en 2050.

L’urgence est d’autant plus criante que le secteur du bâtiment ne s’est jusqu’alors pas montré des plus prompts à prendre les mesures nécessaires sur ce terrain. « La massification de la rénovation énergétique se heurte à un certain nombre de freins : coûts de transaction élevés, écosystème fragmenté, manque de standardisation des process et des indicateurs, amplitude des délais de diagnostic, etc. », constate Pierre Blanchet, responsable innovation Building Solutions chez VINCI Energies.

Prenons le cas d’un propriétaire de dix bâtiments. Pour connaître la consommation énergétique de chacun d’entre eux, il lui faudra recourir à un bureau d’études qui auditera chaque site. Addition à l’avenant : de 10 000 à 20 000 € par bâtiment. Il devra ensuite attendre trois semaines pour obtenir dix états des lieux, restitués sous format PDF. A ce stade, il n’aura aucune vision globale de la consommation de l’ensemble de son parc et sera bien en peine de choisir le meilleur scénario d’action au regard de ses priorités stratégiques et de ses contraintes économiques.

« La rénovation énergétique du tertiaire a besoin d’outils permettant de simplifier l’administration et la réalisation des projets, de réduire les coûts, de quantifier le risque de performance et d’estimer l’impact de chaque action. »

Changement d’échelle

Or, pour un propriétaire de bâtiment(s), l’efficience énergétique est avant tout une question d’ordre économique. Tout scénario de rénovation est un business case, auquel il doit pouvoir associer un risque de performance et un ROI (Return on Investment, retour sur investissement).

« Pour changer d’échelle et passer à un rythme industriel, la rénovation énergétique du tertiaire a besoin d’outils permettant de simplifier l’administration et la réalisation des projets, de réduire les coûts de transaction, de compresser les temps d’exécution, de quantifier le risque de performance et d’estimer l’impact de chaque action », explique Pierre Trevet, CEO d’Helios Exchange.

Cette plateforme logicielle dédiée au développement, à l’assurance et au financement de la rénovation énergétique des bâtiments propose justement aux acteurs de l’immobilier de gérer à distance et de manière totalement intégrée l’ensemble des maillons de la chaîne de rénovation énergétique.

Lauréate du challenge VINCI Energies lors de l’édition 2019 de VivaTech, Helios Exchange est capable d’analyser et de gérer les données relatives au diagnostic, à la scénarisation et au développement des projets de rénovation, à l’estimation du coût des travaux, au calcul du risque de performance, jusqu’à la mesure et la vérification normalisée des actions. « Un outil inédit d’aide à la décision », affirme Pierre Blanchet.

Projeter la statistique sur le réel

A la différence d’autres outils de simulation thermique dynamique (STD), Helios Exchange repose sur une simulation stochastique. « Nous avons voulu créer une méthode agile qui permette de réduire l’incertitude à mesure qu’on avance », explique Pierre Trevet.

A partir d’une bibliothèque d’archétypes issus de données statistiques, l’outil déduit des indicateurs moyens en fonction de caractères génériques (typologie, fonction, localisation du bâtiment, etc.). Cette première simulation est affinée par des données de fonctionnement fournies par l’exploitant et/ou détenues par son prestataire gestionnaire : température, apports internes ; caractéristiques thermiques des murs, fenêtres, toitures ; éclairage, système de refroidissement, de chauffage, de ventilation, etc.

La singularité d’Helios consiste donc à être capable de « tordre » les données statistiques pour les rapporter au réel. C’est seulement sur cette base fiabilisée que la solution proposera une liste d’actions de performance énergétique (APE). Celles-ci pouvant aller de l’éclairage LED aux rénovations les plus lourdes (vitrage, isolation totale du bâtiment), en passant par l’optimisation de la gestion technique du bâtiment (GTB) et des interventions sur le système de climatisation ou de chauffage.

A chaque action, Hélios associe une analyse économique et le gain de performance énergétique. L’algorithme pondérant la performance de chaque action à l’aune des autres options, dans une logique de performance globale. « Nos outils de simulation sont conçus pour créer un modèle calibré en quelques heures au lieu de plusieurs semaines. L’analyse et l’audit à distance vont permettre de réduire les coûts de transaction et le temps d’exécution par un facteur trois », argumente Pierre Trevet.

12/12/2019