Le BIM à la conquête du Facility Management

Maintenance augmentée, nouvelles fonctionnalités, nouveaux usages, performance accrue : le building information modelling fait une entrée remarquée dans les processus d’exploitation.

Jusqu’où ira le BIM ? Déjà largement utilisé par les maîtres d’ouvrage, les bureaux d’études, les cabinets d’architectes et les entreprises de construction, le building information modelling fait un pas supplémentaire dans la chaîne de valeur du bâtiment. Cet outil de modélisation 3D, qui permet des échanges virtuels autour d’une maquette numérique partagée, s’invite aujourd’hui dans les processus d’exploitation des bâtiments. Bienvenue dans l’ère du « BIM FM » (facility management).

La première application à grande échelle a été initiée par VINCI Facilities avec Thales sur leur site de Vélizy-Villacoublay (Yvelines, France), avec la participation de Foncière des Régions (propriétaire du bâtiment) et de VINCI Construction France. Un terrain d’expérimentation de 49 000 m² pour tester et éprouver les fonctionnalités du BIM FM, en définir les prérequis, en évaluer les impacts et imaginer de nouveaux cas d’usage.

Et les résultats sont là. La maquette numérique ouvre de réelles perspectives pour une maintenance augmentée, avec des bénéfices tant en termes de fonctionnalités techniques que de gains en performance : moins de temps passé en interventions techniques, moins de gêne pour les occupants, plus d’autonomie pour les opérateurs, une précision accrue dans le chiffrage des prestations et des travaux, un suivi plus fin des installations techniques.

« Optimiser les fonctions de maintenance pour les gestionnaires et rendre possible de nouveaux usages pour les utilisateurs »

« La maquette numérique va optimiser les fonctions de maintenance pour les gestionnaires et rendre possible de nouveaux usages pour les utilisateurs », explique David Ernest, directeur Innovation & Energie de VINCI Facilities.

Parmi les utilisations potentielles les plus immédiates : la géolocalisation pour la gestion technique ou pour les services aux occupants ; la gestion dynamique des espaces de travail (space management) ; la conception et réalisation des environnements de travail en approche immersive (space planning) ; la gestion du cycle de vie des installations (asset management) ; le support aux simulations thermiques dynamiques pour la performance énergétique d’exploitation…

bim_02

© VINCI Energies

Qui dit nouveaux usages dit nouvelles compétences. De nouveaux métiers vont apparaître sur le terrain de l’exploitation des bâtiments : BIM FM manager (garant de l’intégrité des données au profit du FM, du propriétaire et de l’occupant), modeleur BIM FM (en charge des mises à jour géométriques de la maquette), ou encore assistant maître d’ouvrage BIM FM (responsable de l’intégration du BIM dans les processus de gestion immobilière et dans les phases amont des projets).
« Le BIM FM ne va pas seulement donner naissance à de nouveaux métiers, il va repenser notre métier, pour intégrer davantage de données, produire des analyses de plus en plus fines, des calculs de plus en plus précis, et projeter nos savoir-faire dans une logique de plus en plus globale et sur tout le cycle de vie du bâtiment », souligne David Ernest.

11/10/2016