Les datas ne servent pas uniquement à accroître la performance d’une entreprise, elles doivent questionner son modèle économique. Frans Feldberg, professeur en innovation commerciale à l’université d’Amsterdam, explique comment.

« Comme le microscope en son temps, le data analytics ouvre un accès à des mondes jusqu’alors inconnus. » Une ouverture qui débouche nécessairement sur de la création de valeur. C’est ce quaffirme Frans Feldberg, professeur en innovation commerciale à l’école de commerce et d’économie de l’université d’Amsterdam.

Pour cet expert, qui dirige aussi le Centre d’analyse commerciale d’Amsterdam, il n’est plus temps pour une entreprise de se demander si elle doit s’occuper de ses « datas », sous peine de se faire dépasser par la concurrence.

D’ailleurs, les organisations qui ont placé les données au cœur de leur action sont nettement plus performantes que les entreprises qui n’exploitent pas les leurs.

« Cela semble un non-sens, mais c’est en s’appuyant sur des algorithmes que Facebook sait parfois mieux que vous-même ce que vous voulez, sur la base de vos données comportementales. L’analyse des données nous aide à découvrir ce que nous ne savons pas encore », poursuit Frans Feldberg. Avant de lancer une mise en garde : trop d’entreprises se servent des données pour se contenter d’améliorer leur performance commerciale, alors que l’innovation la plus précieuse, issue de l’observation des datas, concerne la remise en question du modèle économique de l’entreprise.

Machine à laver exemplaire

Il cite l’exemple de la machine à laver connectée en wifi. A première vue, cette connexion peut permettre d’optimiser l’usage de la machine que l’on pourra actionner à distance. Mais à y regarder de plus près, cette connexion fournit une masse de données qui peuvent intéresser la société en charge de la maintenance, qui pourra développer un programme prédictif.

« Prenez le risque d’innover ! Il y a toujours un risque que vous soyez surpris par le prochain Uber. »

Ces données vont pouvoir inspirer un nouveau modèle d’affaires intégrant par exemple des services créés sur la base de la valeur de ces données, comme des conseils pour optimiser l’opération projetée, indiquant quel programme choisir pour obtenir le meilleur résultat au coût le plus bas et avec l’impact le plus faible sur l’environnement.

« Prenez le risque d’expérimenter et d’innover ! », lance le professeur Frans Feldberg. Dans le domaine du data analytics, la visibilité est certes limitée et l’étape d’après n’est jamais prévisible, mais « il y a toujours un risque que vous soyez surpris dans votre secteur par le prochain Uber ».

17/01/2019