La Commission européenne va mettre en œuvre une stratégie très volontariste dans ce secteur au cours des prochaines décennies. Un marché porteur sur lequel se positionne VINCI Energies après l’acquisition d’EWE Offshore en Allemagne.

L’Europe veut passer la vitesse supérieure sur le front des éoliennes en mer. La Commission européenne a ainsi présenté le 19 novembre 2020 sa feuille de route qui prévoit de passer d’une capacité de production de 12 GW aujourd’hui à 60 GW en 2030 et 300 GW en 2050.

La puissance moyenne des parcs éoliens offshore a quasiment doublé en une décennie.

Un investissement de près de 800 milliards d’euros est prévu sur les trente prochaines années pour atteindre ces objectifs. Avec, à la clé, 62 000 créations d’emplois, selon la Commission. « Une capacité installée de 300 GW d’éolien offshore [est] nécessaire dans la mise en place d’un système énergétique intégré et climatiquement neutre d’ici à 2050 », estime Bruxelles dans son document d’orientation.

Or l’Europe est déjà en pointe sur le sujet. L’éolien offshore est fortement concentré sur le Vieux Continent, car il dispose du plus grand espace maritime au monde. « Cinq pays (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Danemark et Chine) représentent près de 95 % des capacités installées d’éolien offshore, c’est un secteur très concentré. Mais de nouveaux pays se positionnent, comme Taïwan, la Corée du Sud, les Etats-Unis… », signale Sophie Meritet, maîtresse de conférences à l’université Paris-Dauphine-PSL.

Si la part de l’éolien en mer ne représentait que 2,3 % de la production européenne d’électricité en 2019, le nombre de parcs éoliens offshore croît rapidement, avec une puissance moyenne qui « a quasiment doublé en une décennie », d’après WindEurope. Au Royaume-Uni, Hornsea One, le plus grand parc éolien offshore en activité, dispose d’une puissance installée de 1 218 MW. Au niveau mondial, ce mode de production devrait croître de 16,2 % par an pour atteindre 142 GW en 2030, contre 23,2 GW en 2019, selon GlobalData.

Grands projets

« En Europe, de grands projets verront le jour ces cinq prochaines années », se félicite Michael Helbig, Integration Director d’Omexom Deutschland. VINCI Energies a racheté en décembre 2020 un des fleurons du secteur, l’allemand EWE Offshore Service & Solutions GmbH. Rebaptisée Omexom Renewable Energies Offshore GmbH et spécialisée dans le développement de projets et l’ingénierie ainsi que dans l’exploitation et la maintenance de parcs éoliens offshore, cette entreprise de 160 salariés compte bien jouer les premiers rôles dans la bataille qui s’annonce.

Parmi ces grands chantiers européens à venir, celui de Dogger Bank. Situé en mer du Nord au large des côtes anglaises, ce projet hors normes doit dépasser dès son ouverture en 2023 une capacité de 3,6 GW, capable d’alimenter jusqu’à 6 millions de foyers.

La France, qui s’est donné pour objectif d’atteindre une capacité de 5,2 à 6,2 GW d’ici 2028, prévoit six grands projets d’ici 2023 à Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Le Tréport (Seine-Maritime), Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et Noirmoutier (Vendée). La puissance totale de ces nouveaux parcs sera d’environ 3,3 MW.

Autre projet d’envergure, celui de Baltic Eagle en Allemagne. Situé à 30 km de l’île de Rügen, ce nouveau complexe, d’une capacité de près de 500 MW, fournira de l’énergie renouvelable à 475 000 foyers.

Opportunités de marché

« En s’appuyant sur les synergies au sein de VINCI Energies, Omexom Renewable Energies Offshore espère saisir les opportunités de ce marché en plein essor », lance Michael Helbig, en soulignant les points forts de la nouvelle entité de VINCI Energies : « nous disposons d’une très haute expertise en services de gestion, notamment en asset management, mais aussi dans l’inspection et la maintenance des sites, et nous bénéficions d’une grande expérience dans la construction de parcs éoliens ».

Grâce à son excellente collaboration avec Omexom Niederlande, Omexom Renewable Energies Offshore, nouveau centre de compétences offshore de VINCI Energies, a déjà remporté quatre contrats auprès d’Eneco, la société néerlandaise d’énergie, pour la maintenance de ses parcs éoliens offshore sur cinq ans.

« Nous travaillons également sur les projets français, pour lesquels nous sommes en train de finaliser notre stratégie. Nous attendons un premier appel d’offres cette année », ajoute Michael Helbig. Et d’évoquer en outre les travaux préparatoires menés par l’équipe Omexom Renewable Energies Offshore pour approcher les marchés américains, polonais et taïwanais.

Il faut dire que les perspectives sur le secteur de l’éolien en mer ne manquent pas, ne serait-ce qu’avec les potentialités offertes par les installations éoliennes flottantes au grand large, non ancrées au fond marin.

15/06/2021