Dans le nord de lAllemagne, Omexom a accompagné le gestionnaire du réseau électrique pour mener à bien un projet innovant dans le plus grand souci de préservation de la faune et de la flore. 

La décarbonation de l’activité économique passe par le développement des énergies renouvelables, et singulièrement par l’éolien en Allemagne. Or l’acceptabilité de nouvelles infrastructures est extrêmement faible dans le pays. Il faut donc être particulièrement exigeant d’un point de vue environnemental pour pouvoir obtenir les permis de construire et les agréments des pouvoirs publics et des collectivités pour déployer de nouvelles infrastructures. 

C’est précisément avec un souci de cohérence entre les objectifs environnementaux et les moyens mis en œuvre que Tennet, gestionnaire de réseau électrique, a opté pour une technique de construction originale dans le nord-ouest de l’Allemagne pour la nouvelle ligne de 380 kV reliant Emden à Conneforde. 

Cette nouvelle ligne électrique passe par Stapelermoor, une lande humide protégée située dans la région de Westerstede, dont les sols ne devaient pas être modifiés ni détériorés par des travaux. « Le principal défi a été l’installation d’une voie ferrée temporaire afin de permettre l’accès à des machines lourdes destinées aux opérations de fondations des pylônes », indique Alexander Kröckel, Business Unit Manager d’Omexom Bau Nord/Ost (VINCI Energies), l’entreprise retenue par Tennet pour réaliser une partie de la ligne de transmission, notamment les 3 kilomètres qui traversent la réserve naturelle. 

Route amovible 

Pour construire une route sans impact pour le marais, l’équipe d’Omexom s’est inspirée d’un système utilisé dans l’industrie pétrolière et gazière pour la pose de gazoducs. Des tapis de dragage spéciaux et particulièrement légers ont été fabriqués à partir d’un mélange de bois et de fibre de verre. 

« L’utilisation de cette chaussée modulaire, légère et amovible a permis de respecter tout à fait le cahier des charges environnemental », commente Alexander Kröckel. De plus, une enceinte de quelque 50 centimètres de haut a été érigée tout le long de la route afin de protéger les espèces animales présentes dans les tourbières. « Outre l’intérêt écologique, les plaques réalisées pour ce chantier très particulier vont pouvoir être réutilisées lors d’une prochaine réalisation », souligne le chef d’entreprise d’Omexom. 

Omexom s’est inspiré d’un système utilisé dans l’industrie pétrolière et gazière pour la pose de gazoducs 

L’entreprise a dû respecter une autre contrainte, imposée par les autorités régionales : le chantier de construction n’était autorisé dans la réserve naturelle que dans un laps de temps défini, du 16 août 2019 à la fin février 2020. 

Cette construction d’une route « eco-friendly » illustre les défis qui se posent et qui vont se poser de plus en plus aux collectivités dans les années qui viennent : développer les infrastructures d’énergies renouvelables tout en valorisant l’environnement. L’Allemagne constitue de ce point de vue un bon poste d’observation : depuis que le pays a décidé en 2011 de fermer toutes ses centrales nucléaires après l’accident de Fukushima, il travaille intensément à « verdir » son mix électrique en utilisant massivement l’énorme potentiel éolien de la mer du Nord. 

16/09/2021