Conjuguer impératifs environnementaux et inclusion sociale : c’est le double objectif du projet Bon Air Ecoquartier Caribéen, où Getelec Collectivités va réaliser les réseaux secs et l’éclairage public. Un laboratoire de renouvellement urbain soutenable, en plein centre de Fort-de-France.

Près de 500 logements neufs sur un parc offrant des activités multiples (espaces verts, promenades, jardins partagés) et comprenant un espace dédié à la petite enfance, une ludothèque ou encore un centre culturel…

Premier écoquartier de Martinique en devenir, le projet Bon Air conjugue une double visée sociale et écologique : accueillir en majorité des ménages relevant du logement locatif social et très social d’une part, minimiser son empreinte sur l’environnement d’autre part.

« Ce premier écoquartier de Martinique a valeur de laboratoire pour des duplications futures. »

A Fort-de-France, la zone d’aménagement concerté (ZAC) Bon Air Ecoquartier Caribéen est d’abord un projet de reconstruction d’une cité bâtie au milieu des années 1960 et visée en 2005 par un plan de sauvegarde. Les trois bâtiments de la copropriété (ancien HLM) du site étaient non seulement tombés dans un état de dégradation avancée, mais le site tout entier se trouve exposé à un risque sismique avéré et non corrigible.  

Il a donc été décidé, pour mettre en sécurité les habitants, de démolir puis de construire un nouveau quartier mixte, dans une démarche de renouvellement urbain soutenable : chantier à faible impact environnemental, panneaux photovoltaïques, orientation des bâtiments visant à maximiser les apports solaires et optimiser l’isolation et la ventilation, récupération et stockage des eaux pluviales…

Performance énergétique et accompagnement social

L’innovation du projet tient à l’intégration de ce double objectif de performance énergétique et d’accompagnement social. « L’écoquartier repose bien sûr sur des impératifs de construction durable, de revégétalisation de l’environnement immédiat, de diminution de la consommation d’énergie, notamment carbonée, et d’autoproduction énergétique. Mais le cahier des charges originel renvoie d’abord à des enjeux d’accès à un logement social de grande qualité, de mixité intergénérationnelle et de création d’activités et de services intégrés au bâti », argumente Yannis Baflast, directeur général de la SAS Bon Air, concessionnaire de la ZAC.

50 millions sur dix ans

Le projet global porte sur une durée de dix ans, pour un budget global de 50 millions d’euros. Les premiers aménagements ont commencé au cours du premier semestre 2021.

La société Getelec Collectivités (VINCI Energies) a été choisie pour réaliser les réseaux secs et l’éclairage public : pose et dépose de fourreaux électriques et télécoms, installation des postes de transformation électrique, des bornes de recharge de véhicules électriques, des bornes foraines escamotables, et déploiement de 155 points lumineux. Une intervention séquencée en trois phases et programmée sur trois années.  

« Dans sa configuration actuelle, il s’agit pour VINCI Energies Martinique et son entreprise Getelec Collectivités d’un marché de 1,5 million d’euros. Il était important de participer à la construction de ce premier écoquartier de Martinique, qui a valeur de laboratoire pour des duplications futures », souligne David Liénard, directeur VINCI Energies Martinique.

« En outre, ajoute-t-il, d’autres lots devraient être ouverts à candidature, notamment sur le volet photovoltaïque et les infrastructures de bâtiments. »

 

14/10/2021