La transformation de cet aéroport brésilien doit être achevée en moins de deux ans. Un défi auquel participe Actemium Transport Solutions, qui contribue aux travaux de rénovation et d’agrandissement.

C’est sur les chapeaux de roue que l’aéroport de Salvador de Bahia, au Brésil, a entamé sa modernisation. Un vaste chantier mené tambour battant et qui doit être achevé en moins de deux ans. Un rythme soutenu à la mesure de l’envol des chiffres du trafic aérien depuis dix ans, des chiffres qui devraient se confirmer dans les années à venir.

Au niveau mondial, le nombre des passagers devrait quasiment doubler d’ici 2036 d’après l’Association du transport aérien mondial, qui table sur une croissance des marchés d’Amérique latine de 4,2 %. Soit près de 421 millions de passagers de plus par rapport à aujourd’hui.

Cette pression sur les infrastructures aéroportuaires est renforcée par la situation particulière du Brésil, résumée par le président de l’Institut brésilien d’aviation, Francisco Lyra : « Dans ce pays qui a la taille d’un continent, le seul moyen de transport pratique et efficace est l’avion. »

Face à ce défi et pour apporter une réponse à la fois rapide et ambitieuse, à la mesure des retards dont pâtissent les infrastructures dans ce pays-continent, le gouvernement brésilien a entrepris d’ouvrir aux capitaux privés la gestion des aéroports.

C’est ainsi qu’en 2017, VINCI Airports s’est vu confier par l’Agence nationale de l’aviation civile du Brésil (Agência Nacional de Aviação Civil) la concession aéroportuaire de Salvador de Bahia pour trente ans et que, dans la foulée, Actemium Transport Solutions (VINCI Energies) a été chargé, en mars 2018, d’une partie de la modernisation et de l’agrandissement du site.

Triple mission pour Actemium

Responsable de la réhabilitation et de l’expansion de l’aéroport de Salvador de Bahia pour la partie des installations techniques, l’entreprise va déployer les réseaux électriques, hydrauliques, l’ensemble CVC (chauffage, ventilation et climatisation), les systèmes électroniques pour les bâtiments, les pistes, les voies de circulation et les plateformes pour les avions.

Actemium Transport Solutions doit aussi réaliser, avec deux partenaires, Teixeira Duarte et Alves Ribeiro, un nouveau terminal et un bâtiment qui fera le lien entre cette nouvelle aérogare et l’ancienne.

« A l’heure où le Brésil ouvre son marché aéroportuaire qui présente un potentiel très important, il est essentiel de répondre présent parmi les premiers. »

Enfin, l’entreprise s’est vu confier la responsabilité des fournitures de matériels, de l’assemblage et de la réception des passerelles d’embarquement du nouveau terminal, du système de convoyage des bagages, des détecteurs de sécurité, des ascenseurs, escaliers et trottoirs roulants.

« A l’heure où le Brésil ouvre son marché aéroportuaire qui présente un potentiel très important, commente André Parente, chef d’entreprise d’Actemium Rio de Janeiro, il est essentiel pour l’entreprise de répondre présent parmi les premiers, pour développer des solutions efficaces et performantes, prenant en compte les exigences et les standards de VINCI Airports en matière de sécurité, de qualité et de respect de l’environnement. »

Précieux BIM

Le recours au BIM, la maquette numérique qui garantit la qualité du bâtiment de la conception à l’exploitation en passant par la réalisation, est un des standards de VINCI Airports, qui a notamment « bimisé » l’aéroport de Santiago du Chili. A Salvador de Bahia aussi, VINCI Airports et Actemium Transport Solutions vont s’appuyer sur la maquette numérique.

« Le BIM va permettre, indique Andre Parente, de contrôler et de superviser la conception et la construction des nouvelles structures, mais aussi de monitorer les anciennes installations qui vont intégrer la maquette numérique. » En permettant de visualiser en temps réel la progression du chantier global, le BIM va aussi être utile pour anticiper d’éventuels conflits ou interférences entre les différents chantiers spécialisés.

Par ailleurs, conclut le chef d’entreprise, « au-delà de la phase de construction, notre client va pouvoir combiner le BIM avec le facility management et, de la sorte, optimiser le management des espaces, rationaliser la maintenance, optimiser l’énergie, faciliter les aménagements ultérieurs des espaces et, au final, améliorer le cycle de vie des installations. »