L’énergéticien danois n’a pas seulement changé de nom pour se faire une image au goût du moment, cool, citoyenne, responsable et verdissante. Ørsted s’appelait Danish Oil and Natural Gas dans les années 1970 quand son activité reposait sur l’exploitation du pétrole et du gaz. En 2008, l’entreprise annonce qu’elle change radicalement de direction pour quitter les énergies « noires » et passer au « vert ». Pari sociétal autant qu’économique. Ørsted, qui assure 49% de l’électricité et 35% de la production thermique du Danemark cède ses installations de gaz et de charbon et investit massivement dans les éoliennes offshore. Il détient à ce jour 1/3 du parc mondial des éoliennes offshore. L’investissement qui semblait risqué en 2013 est aujourd’hui payant, les coûts ayant baissé de 70%. En 2023, Ørsted doit arrêter totalement l’utilisation du charbon pour atteindre en 2025 la neutralité carbone. Un pionnier dans le « monde d’après » que les entreprises énergétiques des différents pays vont devoir prendre en compte.

11/02/2021

En savoir plus :
https://www.fastcompany.com