En 2050 ,70% des quelque 10 milliards d’êtres humains vivront dans des zones urbaines. Un afflux de population dans les villes qui conduit les aménageurs à réfléchir à ce que devrait être la ville du futur la plus adaptée aux nouveaux besoins. L’agence d’architectes Skidmore, Owings & Merrill, à Chicago (Etats-Unis), a dégagé plusieurs axes de travail : la densification des pôles urbains permettra de privilégier une utilisation durable de la terre, tout en garantissant aux populations l’accès à l’eau, à la nourriture et aux loisirs ; les bâtiments intelligents conçus de façon modulaires pourront servir indifféremment de lieux d’habitation, de production industrielle ou de commerce ; chaque quartier devra être autonome de façon à limiter les déplacements en transport et à privilégier la proximité et les échanges ; les pôles urbains devront être résilients avec des centres-villes situés à l’intérieur des terres, loin des mers dont le niveau monte.

15/10/2020

Découvrez d'autres