Sur le terrain de la transition énergétique, le gouvernement français a décidé de miser sur l’hydrogène « vert » afin de réduire les émissions de CO2 des secteurs de l’industrie et des transports lourds.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et le ministre de l’Économie Bruno Lemaire ont en effet profité de la rentrée scolaire pour dévoiler les contours de la Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné. 7 milliards d’euros seront ainsi investis pour développer une production d’hydrogène « vert » et rentable à grande échelle en France, dont 2 milliards d’euros affectés dès 2021-2022 dans le cadre du plan de relance gouvernemental à 100 milliards.

« L’hydrogène est une opportunité stratégique pour massifier et accélérer la décarbonation de secteurs et d’acteurs difficiles à décarboner, en particulier dans l’industrie et le transport », a justifié Barbara Pompili. Pour ce faire, l’exécutif prévoit dans un premier temps d’installer l’équivalent de 6,5 GW d’électrolyseurs d’ici 2030, soit près de quatre fois la puissance installée du futur réacteur nucléaire nouvelle génération de Flamanville (Manche). Le deuxième objectif vise à alimenter les modes de transport lourds, comme les camions à bennes et de fret, autocars, autobus, trains, voire même navires et avions.

15/10/2020

Découvrez d'autres