Casque de chantier augmenté, scanner de température mains libres, badge alarme… Les différentes entreprises de VINCI Energies ont su innover pour trouver rapidement des solutions permettant de poursuivre l’activité en toute sécurité malgré la Covid-19.

La crise sanitaire qui frappe la planète depuis de longs mois a radicalement bouleversé les habitudes de travail dans les commerces, les bureaux et les usines. Pour faire face aux risques de transmission de la Covid-19, diverses initiatives innovantes ont vu le jour, permettant de sécuriser les lieux de travail. Les idées ne manquent pas. Exemples en Suisse et en Grande-Bretagne au sein de VINCI Energies.

Avec une superficie d’environ 100 000 m2, le site uptownBasel à Arlesheim, dans la banlieue de Bâle, est le plus grand chantier de construction du nord-ouest de la Suisse. Un chantier de premier plan, pour un projet appelé à devenir un centre de compétences pour l’industrie 4.0, qui n’a jamais cessé malgré la pandémie de Covid-19.

« Le succès de nos outils a dépassé les limites de notre entreprise, certains de nos clients manifestent leur intérêt pour les déployer chez eux. »

En effet, contrairement à certains autres pays comme la France, la Suisse n’a pas suspendu les chantiers sur son territoire pendant la première étape de la crise. « En revanche, le Conseil fédéral a imposé des mesures strictes pendant les travaux, dont le respect d’une distance minimale de 2 m, en les assortissant de nombreux contrôles », explique Nicolas Muller, chef d’entreprise d’Actemium Automation & Industrial IT.

C’est précisément sur ce sujet de la sécurité des chantiers en pleine crise sanitaire mondiale que l’entreprise de VINCI Energies, spécialisée dans l’optimisation des process industriels, a été sollicitée par une entreprise sœur de la marque Axians.

Début avril 2020, cette dernière, responsable du volet technologies de l’information et de la communication du chantier de Bâle, a en effet été chargée par le maître d’ouvrage de trouver une solution pour respecter au mieux les règles d’hygiène. Et permettre une poursuite d’activité en toute sécurité.

Système embarqué sur les casques

Certes, des installations sanitaires ont été agrandies, des aires de pause supplémentaires ont été créées et davantage de machines à café et de distributeurs automatiques ont été installés. Mais il a fallu aller plus loin, car, concentrés sur leurs tâches, les personnels du chantier courent souvent le risque, par inadvertance, de ne pas respecter les nouvelles règles, notamment celles de distanciation physique.

En collaboration avec Axians, Actemium a donc imaginé et conçu, en seulement deux jours, le prototype d’un outil permettant de mieux protéger les personnes intervenant sur le chantier.

« Placé sur les casques des personnels, le système, élaboré à partir de la combinaison des technologies Bluetooth et UWB (Ultra Wide Band), est capable d’évaluer les distances entre deux appareils, donc deux personnes, et d’alerter par un signal sonore ou une vibration dès qu’ils se trouvent à moins de 2 m l’un de l’autre (cette distance étant configurable à l’aide d’une App mobile) », explique Nicolas Muller.

Un outil simple et efficace

Convaincu, uptownBasel accepte de développer l’idée. Ce groupe de co-innovation décide même d’en faire un vecteur de communication pour son projet immobilier résolument orienté vers les nouvelles technologies et le collaboratif. Une vidéo sur le nouvel outil est produite par ses équipes et diffusée à la télévision suisse.

Perfectionné avec le concours de la start-up alsacienne InSolem, spécialisée dans les systèmes embarqués et qui a développé une platine électronique ad hoc, l’appareil a été industrialisé et peut à présent être produit en série.

« Le partage des vidéos sur le réseau interne Yammer de VINCI Energies a amplifié le phénomène. Au cours des derniers mois, nous avons été contactés par une cinquantaine de clients qui souhaitaient utiliser ce nouvel outil sur leurs propres chantiers ou dans leurs entreprises », se réjouit Nicolas Muller.

Il insiste sur le fait que ce nouvel outil ne peut en aucun cas « tracer » les personnes. Toutefois, il récolte de manière anonyme les interactions entre individus et est en mesure d’afficher des statistiques sous forme de dashboard. « Cela est un moyen de sensibiliser au respect des distances, en ligne avec d’autres initiatives de « smart safety » prises par VINCI Energies pour lesquelles simplicité et agilité sont des ingrédients importants », a-t-il conclu.

Pour des espaces de bureaux sûrs

Parmi ces initiatives, celle imaginée par Cougar Automation est particulièrement innovante. La filiale britannique de VINCI Energies spécialisée dans les services d’automatisation et l’intégration de systèmes a en effet créé un scanner de température mains libres et un badge d’employé portable équipé d’un système d’alarme. Ce dernier alerte lorsqu’on ne respecte pas les distances physiques autorisées ou lorsqu’une zone a atteint sa capacité d’accueil maximale.

« Nous souhaitions offrir à notre personnel un espace de bureaux sûr et flexible afin d’éviter le maximum de perturbations pendant ces périodes difficiles », expliquent Patrick Gains, Project Manager, et Simon Pape, Business Development Manager, tous deux chez Cougar Automation.

Le système d’alarme du badge fonctionne à partir des technologies BLE (Bluetooth Low Energy) et UWB (Ultra Wide Band). Le scanner de température, quant à lui, est basé sur la capture et l’analyse d’une image thermique du visage à partir de plus de 1 000 points de mesure. « Un voyant vert ou rouge s’allume selon votre niveau de température et vous indique si vous pouvez ou non entrer dans les bureaux ou si vous devez rentrer chez vous pour vous isoler et faire le test Covid-19 », détaille Patrick Gains. Les capacités d’analyse rapide du capteur ‒ jusqu’à 700 personnes par heure ‒ en font un outil simple, fiable et rapide dès l’entrée dans un bâtiment.

En test dans d’autres entreprises

Ces deux systèmes sont opérationnels depuis fin septembre 2020. Cougar Automation les utilise en interne pour ses cinquante employés, et compte les ajouter à son répertoire des dispositifs de sécurité Covid-19 mis à la disposition de ses clients. « Le succès de ces deux outils a dépassé les limites de notre entreprise, certains de nos clients manifestent en effet leur intérêt pour les déployer chez eux afin de mieux protéger leur personnel. Des entreprises ont utilisé les capteurs de proximité et en testent actuellement de petits lots en vue de les déployer dans leurs organisations », conclut Simon Pape.

17/12/2020