De la production au transport et au stockage, la gestion du froid est un impératif absolu pour les industriels des médicaments et des vaccins. En France comme en Europe, les entreprises de VINCI Energies apportent leurs solutions à une sécurisation de la chaîne du froid.

Le 8 décembre 2020, la première injection du vaccin Pfizer-BioNTech contre la Covid-19 était administrée à une patiente britannique de 90 ans. Une dose parmi les 800 000 alors stockées dans un entrepôt tenu secret à une température de -70 °C. Le vaccin du laboratoire américain et d’une start-up allemande rappelle combien la gestion du froid tout au long de la chaîne (production, transport, stockage) est essentielle dans l’industrie pharmaceutique.

Mais au-delà des gros titres des médias, Michel Lecarpentier, directeur du développement Réseau Froid de VINCI Energies, rappelle que « le froid à très basse température est tout à fait maîtrisé aujourd’hui jusqu’à -80 °C, voire -100 °C ». « Ce n’est pas la technologie qui pose un problème mais la capacité financière à s’équiper », ajoute-t-il.

« La haute qualité des produits pharmaceutiques impose de garantir la chaîne du froid de façon permanente. »

Les coûts peuvent en effet être multipliés par deux ou trois pour des installations à très basse température par rapport aux chambres froides classiques. « Un surcoût qui s’explique par une exigence de conception, mais aussi par la qualification spécifique de l’enceinte climatique installée, et bien sûr par une consommation d’énergie supérieure pour ces basses températures », précise Michel Lecarpentier.

Seuils de conservation réglementés

Les différentes typologies de médicaments et de vaccins nécessitent des seuils de conservation très précis et réglementés : température dirigée (en dessous de +25 °C), produits thermosensibles (+2 °C à +8 °C), température négative (-20 °C à -40 °C) et très basse température (-70 °C et en deçà).

« La haute qualité des produits pharmaceutiques impose de garantir la chaîne du froid de façon permanente. C’est pourquoi les installations frigorifiques sont doublées, voire triplées – chacune étant autonomes – pour éviter la panne. Des enregistreurs de température, souvent équipés d’un système d’alarme, sont également installés. Enfin, la maintenance des équipements frigorifiques exige quatre à six visites par an contre habituellement deux à trois dans l’industrie alimentaire », souligne l’expert de VINCI Energies.

Autre spécificité du marché pharmaceutique : un environnement sanitaire très exigeant avec, souvent, une atmosphère contrôlée nécessitant des systèmes de filtration sophistiqués et un environnement industriel contraint. Des particularités que les différentes entreprises du Réseau froid de VINCI Energies, spécialisées dans la sécurisation de la chaîne du froid, ont l’habitude de gérer.

Expertises très pointues

En Belgique, Actemium Herentals a ainsi installé un système de surveillance pour superviser les congélateurs qui stockeront les vaccins Covid-19 pour l’Europe. Pendant le transport interne, la température des vaccins conservés sur de la glace sèche dans des conteneurs réfrigérés est également surveillée à l’aide de capteurs sans fil.

« Plus de 1 300 capteurs câblés dans les congélateurs et 40 capteurs sans fil dans les conteneurs réfrigérés seront installés pour contrôler en temps réel la température. Les capteurs sans fil ont été testés dans le cadre d’un Proof of Concept (PoC) pour une utilisation dans un grand entrepôt rempli de rayonnages métalliques et de congélateurs et ont donné des résultats très positifs. En plus du stockage des vaccins, notre solution EMS (Environmental Monitoring System) est également utilisée pour vérifier la température, la pression, l’humidité et les particules des salles blanches où les médicaments sont produits », détaille Roderick Nijffels, responsable d’affaires chez Actemium Herentals.

Un autre laboratoire a, pour sa part, confié à Actemium la création en 2018, et l’extension en 2020, du système de surveillance IMS (Information Management System) de son parc-conteneurs à congélateurs de vaccins. Une installation qui a été agrandie en 2020 et qui le sera à nouveau en 2021 avec un bâtiment de stockage d’environ 2 000 m3 à des températures inférieures à -50 °C.

« Nous testons actuellement [décembre 2020] de nouveaux conteneurs spécialement destinés à stocker des vaccins Covid-19 pour les connecter au système IMS. L’entrepôt est en construction et sera pleinement opérationnel en avril », explique Henk Coolen, Project Engineer Automation chez Actemium Herentals.

Confiance dans la durée

En France, CEF Nord Industrie Picardie collabore avec le groupe Sanofi depuis plus de quinze ans sur le site de Compiègne. Cette entreprise du Réseau Froid de VINCI Energies y gère la maintenance préventive et curative des groupes de production d’eau glacée, les chambres froides des matières premières et des produits finis et les enceintes climatiques de stockage d’échantillons.

« La relation de confiance avec Sanofi est basée sur des services sur mesure, déclare Xavier Delattre, chef d’entreprise de CEF Nord Industrie Picardie. En plus de notre service de maintenance permanente, nous proposons une offre atypique avec une visite annuelle mixte associant nos techniciens et ceux des constructeurs de machines installées sur le site qui ont une parfaite connaissance du vieillissement de leurs machines. »

« Cela nous permet d’améliorer notre maintenance prédictive et nos équipes acquièrent ainsi des savoir-faire supplémentaires. En parallèle de ces projets de maintenance, CEF propose des équipements neufs qui permettent d’associer efficacité énergétique et fluide frigorigène propre », ajoute Xavier Delattre.

11/03/2021