Police, pompiers, sécurité civile, armée : ces institutions régaliennes ont besoin de réseaux de communications robustes et sécurisés. Les pouvoirs publics ont engagé un plan volontariste de modernisation.

Les moyens de communication des agents des services régaliens (police, gendarmerie, pompiers, SAMU, etc.) sur le terrain évoluent, tout comme la panoplie d’équipements et d’accessoires dont ils disposent pour leurs interventions au quotidien. Or les infrastructures de communication historiques (INPT, ANTARES, ACROPOL, RUBIS, etc.) utilisées jusqu’à présent sont conçues principalement pour la communication voix, besoin nécessaire mais de moins en moins suffisant.

« Jusqu’à présent, les réseaux PMR (Professional Mobile Radiocommunications) étaient des réseaux dont la voix était la principale ‘donnée’ à communiquer. Les besoins ont évolué dont celui de transporter de la data. Depuis quelques années, on assiste à une volonté de migration vers des réseaux 4G dédiés privés afin d’assurer la parfaite sécurisation de ces communications critiques et de limiter les risques d’interception », explique Nicolas Le Jean, responsable d’affaires chez Axians Ingénierie Radio Île-de-France.

Accélérer la modernisation

Les opérations liées aux actes terroristes récents a fait prendre conscience aux différents services de la sécurité publique l’importance d’accélérer la modernisation des réseaux. Ainsi, après les attentats de 2015 à Paris, les services de la Place Beauvau (Ministère de l’Intérieur) ont lancé une démarche fin 2016 en ce sens. 

Des unités d’intervention comme le RAID, la BRI et le GIGN sont désormais dotées d’un équipement spécial lors de leurs missions.

Ce Réseau Radio du Futur (RRF) s’appuiera sur les performances des réseaux 4G. La première étape de ce nouveau réseau a été enclenchée par le biais du programme PCSTORM (Plateforme Convergée pour des Services à Très Haut Débit Opérationnels Résilients et Mobiles), un programme destiné à assurer la transition des communications terrain vers la 4G et à augmenter le débit pour faciliter l’utilisation d’applications comme la vidéo en temps réel.

Intégrateur de solutions de télécommunications, Axians est un des acteurs de ce projet avec pour mission d’établir l’ensemble des tests de bon fonctionnement et d’intégration des nouveaux équipements concernés. La marque ICT de VINCI Energies travaille notamment auprès des unités d’intervention comme le RAID, la BRI et le GIGN à la réalisation de tests terrain sur les nouveaux équipements dits « bulles tactiques ».

« Il s’agit d’un gros sac à dos alimenté par une batterie, qui contient une antenne compacte, un cœur de réseau autonome, capable de créer un réseau radio 4G ponctuel », précise Nicolas Le Jean. Ces bulles tactiques permettent aux unités d’intervention d’avoir à disposition un réseau 4G complètement indépendant, sécurisé et utilisable en toute circonstance y compris sur des zones sans couverture existante. 

Axians forme également policiers et gendarmes d’élite à l’utilisation de ces nouveaux équipements.

Un réseau hybride

Afin de tenir le calendrier ambitieux de modernisation des réseaux (à partir de 2024) ainsi que pour répondre à une réflexion économique, le ministère de l’Intérieur a choisi l’option de recourir à la mise en place d’un réseau hybride. 

« Ce réseau s’appuie à la fois sur la couverture nationale outdoor des réseaux opérateurs grand public 4G et sur des solutions de résilience de haut niveau par le biais des bulles tactiques. Il s’agit d’un travail réalisé en étroite collaboration avec les opérateurs grand public, afin que ceux-ci mettent en œuvre des fonctionnalités et services dédiés aux forces de l’ordre dans le but d’assurer une parfaite sécurité et disponibilité de leurs communications critiques », précise Nicolas Le Jean.

Cette modernisation des réseaux est également en cours dans la plupart des pays de l’Union européenne et aura pour avantage de faciliter l’harmonisation des systèmes de communications entre forces de sécurité publiques de pays voisins.

15/04/2021