Ne crée pas une startup qui veut. En témoigne le profil des start-uppers qui se dégage de l’étude de la chercheuse Marion Flécher pour la Direction de l’animation de la recherche, des études et de la statistique (Dares) du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Huit patrons de jeunes pousses sur dix ont un niveau bac+ 5 et les diplômés des grandes écoles sont sur représentés : 21 % sortent d’une école d’ingénieurs et 35 % d’une école de commerce. Par comparaison moins d’un créateur d’entreprise classique sur 10 présente ce cursus. On rencontre aussi une grande proportion de cadres qui ont mal vécu leurs premiers emplois et qui voient dans la start up une façon de trouver du sens à leur travail. Sans surprise, les femmes ont davantage de difficulté à trouver leur place dans la start up : elles ont plus de mal que les hommes à trouver des fonds, elles en lèvent aussi moins et les chances de réussite sont 2,4 fois plus importante pour leurs homologues masculins.

11/02/2021