Omexom accompagne une équipe d’étudiants néerlandais qui se sont fixé comme objectif de participer à la célèbre course avec une voiture électrique rechargeable en deux minutes. Aussi rapide qu’un plein de véhicule thermique.

Dans une course automobile sur circuit, le temps de recharge du réservoir d’essence est un élément clé. Plus il est court et mieux c’est, car le temps d’arrêt au stand se mesure en précieuses minutes perdues. Ce qui est vrai pour une voiture à moteur thermique l’est aussi pour une voiture électrique. Et là, l’équation est compliquée !

La recharge d’une batterie étant très chronophage, tenter de ramener sa durée à la même hauteur que celle du remplissage d’un réservoir représente un réel défi.

« Le rechargement d’un véhicule électrique doit se faire aussi aisément que le ravitaillement d’une voiture en carburant. Quand nous aurons atteint cette équivalence, alors la mobilité électronique sera devenue une réalité. »

Pour donner la mesure de l’exploit à réaliser, la recharge d’un véhicule électrique prend une heure quand il faut seulement cinq minutes pour remplir un réservoir de F1.

Cinquante étudiants de l’université de technologie d’Eindhoven et de l’université Fontys de sciences appliquées, aux Pays-Bas, ont décidé de relever ce défi en présentant aux 24 heures du Mans en 2023 une voiture électrique spécialement préparée pour cette course.

InMotion est une équipe qui rêve de créer la voiture de course la plus innovante du monde. Les étudiants s’appuient sur une technologie novatrice, Electric Refueling, qui devrait permettre de rendre le rechargement de leur véhicule électrique aussi rapide que celui d’un véhicule thermique. 

« Pour atteindre cet objectif, l’équipe doit gérer la conception du pack de batteries », précise Paul van Schijndel, le responsable d’Omexom Dordrecht, qui soutient l’opération.

Le futur de la mobilité électrique

Expliquant la présence d’Omexom (VINCI Energies) aux côtés d’InMotion et des étudiants néerlandais, Paul van Schijndel rappelle que la marque est « investie dans la transition énergétique et la construction d’un futur durable pour tous ».

« InMotion s’inscrit pleinement dans cet objectif, estime-t-il. Ce partenariat est logique, parce qu’Omexom souhaite relever les défis dans le domaine de l’e-mobilité et des infrastructures électriques. Le rechargement d’un véhicule électrique doit se faire aussi aisément que le ravitaillement d’une voiture en carburant. Quand nous aurons atteint cette équivalence, alors la mobilité électrique sera devenue une réalité. »

Pour montrer que la technologie de recharge très rapide, sur laquelle ils travaillent, a le potentiel d’une voiture de course, InMotion et les étudiants aligneront leur véhicule électrique au Mans dans la classe « Le Garage 56 », une catégorie accueillant chaque année un compétiteur unique souhaitant présenter des innovations techniques intéressant l’industrie.

InMotion n’en est pas à son premier essai sur les circuits de course. L’équipe a déjà développé la première voiture de course au bioéthanol aux Pays-Bas. Avec la deuxième, « Fusion », l’équipe a couru sur les circuits néerlandais pour montrer de quoi une équipe de jeunes étudiants est capable. Et avec « Vision », la troisième création, InMotion entend bien préfigurer le futur de la mobilité électrique.

11/02/2021