En croissance dans tous les secteurs de la production industrielle, la robotique permet aux PME et PMI d’améliorer leurs performances avec un appareil de production flexible et connecté.

En avril 2019, un rapport de Bruno Bonnell, député français, et Catherine Simon, experte en robotique, sur la robotique française dressait un tableau encourageant de l’évolution des industries. Sans laisser dans l’ombre les faiblesses de la France, les deux auteurs se sont attachés à mettre en avant les nombreux atouts du pays pour, selon l’intitulé du rapport, « faire de la France un champion international de la robotique et des systèmes intelligents ».

« Plus de 50% des tâches professionnelles courantes seront effectuées par les machines à partir de 2025 »

« Si le taux de croissance de l’installation des robots est pour l’instant plus faible en France que dans d’autres pays, il n’en demeure pas moins bien réel, avec une fourchette allant de 6 à 13% par an d’ici 2021 », note Thomas Hoffmann, directeur du développement de la marque Actemium, le réseau d’intégrateurs de solutions automatisées pour l’industrie chez VINCI Energies.

La robotique est un marché d’avenir qui s’inscrit dans la transformation numérique des entreprises, et de plus en plus de PME, PMI et TPE vont rechercher des solutions d’automatisation de leurs process. « Plus de 50% des tâches professionnelles courantes seront effectuées par les machines à partir de 2025, contre 29 % à l’heure actuelle », souligne Thomas Hoffmann.

Solutions robotisées sur mesure

La robotique est l’une des technologies employées par l’automation qui, pour répondre à un besoin donné dans une entreprise, va utiliser des outils numériques et des automates programmables industriels afin de piloter les machines.

Expert en automation, Actemium conçoit des solutions robotisées sur mesure et se charge de leur intégration sur site. En fonction des secteurs industriels et des cas d’usage, ces solutions peuvent intégrer de nouvelles technologies comme le contrôle par vision ou le robot collaboratif et mobile.

Fort d’un réseau cumulant une très bonne connaissance des process industriels et des expertises  pointues, comme le contrôle par vision, Actemium intervient bien au-delà du secteur phare de la robotisation qu’est l’automobile. L’intégrateur est présent  dans l’aéronautique, la pharmacie et le médical, les biens d’équipements, la plasturgie, la logistique et, de plus en plus, l’agroalimentaire.

Extrême customisation

L’essor de la robotique et, au-delà, de l’automation s’explique, selon les termes du rapport Bonnell-Simon par son apport « de solutions à l’inflexion du monde que nous vivons ». Une inflexion liée, pour une bonne part, à l’évolution des façons de consommer les produits. L’extrême « customisation » (personnalisation) des biens commandés amènent les entreprises à produire à la demande des objets en très petites séries.

Cela se traduit, note Thomas Hoffmann, par « une évolution de la chaîne de valeur de l’industrie vers un appareil de production flexible, numérique et connecté, implanté à proximité des consommateurs grâce à un réseau de micro-usines utilisées à la demande ».

Pour répondre aux nouvelles demandes des usines, les intégrateurs comme Actemium doivent sans cesse innover et travailler avec les nouvelles technologies. La France est bien placée en matière d’innovation et de R&D puisque, selon le rapport Bonnell-Simon, elle se place dans « dans le Top 5 mondial en matière de publications scientifiques sur la robotique ».

Sans être directement impliqué dans le domaine de la recherche et développement, Actemium est membre du FactoryLab, un consortium industriel et académique qui intègre des solutions technologiques dans des délais très courts et réalise des démonstrateurs préindustriels en réponse aux enjeux de transformation de ses membres. Cette plateforme d’innovation fait partie des atouts de la France pour accélérer le développement de la robotique et des systèmes intelligents dans l’industrie.

10/10/2019