La marque de VINCI Energies spécialiste des équipements urbains dynamiques en France a été retenue pour exploiter, superviser et maintenir le parc de bornes de recharge pour les véhicules électriques de la région Bourgogne Franche-Comté. Un marché aux multiples enjeux. 

La transition écologique est au cœur de la relance économique en France. Pour favoriser la mobilité électrique, le plan de soutien à la filière automobile prévoit d’installer 100 000 bornes publiques de recharge sur tout le territoire dès 2021, contre près de 30 000 actuellement. 

La gestion d’un tel parc nécessite des ressources à la hauteur, notamment pour sa maintenance. Selon un décret de janvier 2017, un gestionnaire d’une infrastructure de recharge de véhicules électriques (IRVE) doit prendre « les mesures adéquates pour être en mesure de garantir le respect d’un délai maximum d’intervention en cas d’anomalie affectant l’utilisation de cette infrastructure. » 

« Compte tenu de l’étendue du territoire, le dépannage à distance est privilégié pour réduire les interventions sur site au minimum » 

En Bourgogne Franche-Comté, c’est Citeos qui assurera cette gestion. Elle a remporté un marché public global de performance (MPGP) auprès de sept syndicats intercommunaux et départementaux d’énergies, représentant la quasi-totalité de la région. 

Ce marché porte sur l’exploitation, la supervision et la maintenance du parc existant – soit 382 bornes – mais aussi sur la fourniture et la gestion de 72 nouvelles bornes d’ici quatre ans. Un chiffre qui pourrait être dépassé avec les objectifs de développement durable de la région et le soutien du plan de relance gouvernemental. 

Citeos intervient sur la partie ingénierie, exploitation et maintenance. Son application propriétaire City App assure la supervision des bornes connectées, quand son sous-traitant Freshmile la gestion de la monétique. 

Engagements de performance 

Les engagements de performance des parties prenantes sont importants. La hotline est tenue à un temps de réponse de 17 secondes et, ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et à un taux de résolution lors du premier appel de 80%. Le taux de disponibilité garanti est fixé à 97,5% sur le parc existant et à 98% sur le parc projeté (incluant les nouvelles bornes). 

Quant aux délais d’intervention, ils sont d’une heure pour les cas d’urgence et d’un à deux jours ouvrés pour les dépannages exigeant une intervention sur site. 

Enfin, une inspection de maintenance préventive des bornes doit être réalisée au moins une fois par an. « Compte tenu de l’étendue du territoire, le dépannage à distance est privilégié pour réduire les interventions sur site au minimum », souligne Quentin Montastier, chef d’entreprise Citeos Val de Saône. 

Les bornes de recharge sont équipées d’une carte SIM multi-opérateurs et la télérelève des données machines a lieu toutes les dix minutes par transmission GSM. « La télémaintenance dépend de la qualité de ce signal GSM, surtout en milieu rural, complète Jérôme Lelu, chef d’entreprise Citeos Ingénierie Centre Est. Elle pourrait être améliorée par l’ajout d’antennes déportées ou le raccordement au réseau filaire. » 

Autre point de vigilance : l’interfaçage de l’outil de supervision CityApp avec le logiciel de programmation de la borne qui diffère selon le fabricant. Les constructeurs E-Totem ou SOBEM SCAME ont été retenus en Bourgogne Franche-Comté. 

Délicate maintenance 

La composition même des bornes de recharge, associant des composants matériels et logiciels, rend leur maintenance délicate. Un technicien spécialisé peut être conduit à remplacer une carte électronique ou reconfigurer un microprogramme. 

« Alors que le métier premier de Citeos, c’est la lumière, donc le courant fort, la maintenance de ces bornes exige une double compétence, le courant faible et courant fort », observe Quentin Montastier. 

Pour assurer cette montée en compétences, Citeos peut s’appuyer sur l’Omexom Institute, structure de formation continue interne de cette marque de VINCI Energies experte dans les infrastructures. 

Des techniciens sont, par ailleurs, déjà formés à la norme EV Ready proposée par l’Asefa, un organisme de certification accrédité par le Cofrac (Comité français d’accréditation). 

 

08/07/2021