Omexom (VINCI Energies) a décroché un ambitieux Contrat de Performance Énergétique sur l’ensemble du territoire de la capitale fédérale australienne, Canberra. Bilan d’étape après un an d’exploitation.

Avec 425 000 habitants, Canberra est le plus petit mais aussi le plus densément peuplé des dix territoires autonomes australiens. C’est aussi celui qui bénéficie du plus ambitieux programme de « smart lighting » du pays, conduit par Electrix (sous la marque Omexom). Cette filiale australienne de VINCI Energies a été retenue en 2017 par l’Australian Capital Territory (ACT) Government pour assurer la maîtrise d’ouvrage de cet ambitieux contrat de performance énergétique (CPE).

Un an après le début du déploiement de la solution, démarré en mai 2018, Alexis Tillie, Business Unit Manager chez Omexom, dresse un bilan très encourageant. Près de cinquante personnes travaillent à plein temps sur le projet, 9 000 cellules photoélectriques intelligentes -permettant de contrôler à distance chaque luminaire – et 13 000 LED étaient déjà installés, sur les 50 000 qui permettront à terme à plus de 75% des 80 000 points lumineux d’être équipés de LEDs.

« Ce projet vise à mettre en place les conditions d’un déploiement progressif et flexible des outils de la smart city. »

La rénovation, l’exploitation et la maintenance de ces équipements sont au coeur du contrat de performance qui porte sur l’entretien et l’exploitation de plusieurs milliers de kilomètres de réseaux. Ils doivent permettre à l’entreprise d’atteindre les objectifs définis dans le CPE, notamment réaliser 47% d’économies d’énergie. Un montant significatif quand on sait que l’éclairage public représente près de 40% de la consommation d’électricité totale de l’ACT.

Réseau sans fil basse consommation

« Ce projet vise à réduire d’ici à 2020 les émissions de gaz à effet de serre du territoire de 40% et à atteindre des émissions nulles en 2050, détaille Alexis Tillie. Il va en outre permettre de mettre en place les conditions d’un déploiement progressif et flexible des outils de la smart city. » En effet, en parallèle du programme de remplacement des luminaires, un réseau sans fil bas débit et basse consommation est mis en place afin de rendre l’éclairage intelligent et permettre de connecter d’autres équipements et capteurs.

Ce déploiement soutient l’ambition de l’ACT de faire bénéficier à moindre coût d’un accès à un réseau adapté à d’autres services publics, gestionnaires des réseaux d’eau et d’électricité, développeurs de projets et universitaires.

Autre aspect innovant de ce projet, la mise en œuvre de deux outils d’aide à la maintenance et à l’exploitation développés par VINCI Energies en France, pour soutenir l’entreprise Omexom en Australie dans l’atteinte des objectifs ambitieux du contrat.

Le premier outil est La solution améliore l’efficacité des processus de maintenance ainsi que la maîtrise des infrastructures. « Après un an de fonctionnement à Canberra, précise Alexis Tillie, jusqu’à 20 tablettes étaient connectées à la solution tous les jours entre 4h et 22h, et 30 000 interventions étaient enregistrées dans CityApp. » Une collecte précieuse pour aider à améliorer les processus de maintenance.

Hyperviseur interfacé

Deuxième outil, l’hyperviseur BIMCity qui, interfacé avec quatre systèmes d’aide à l’exploitation, va permettre d’automatiser les échanges d’information, réduire leurs délais, garantir la qualité et la mise à jour des données et créer un lien direct avec les citoyens. Là aussi, BIM City est presque 100% opérationnel et son fonctionnement conforme aux attentes sur ses fonctions critiques: « transfert automatique des requêtes citoyennes et retour d’informations, alertes automatiques transférées par le CMS (système expert de gestion des luminaires LED intelligents). Le calcul automatique des KPI (indicateurs clés de performance) est en phase finale de développement ».

Accompagnant l’ambition de l’ACT de créer via ce contrat de performance un environnement propice au développement de sa smart city, Omexom a ouvert à Canberra une salle d’exposition pour permettre de visualiser d’autres services et applicatifs qui pourront être déployés après le smart lighting, notamment des capteurs fonctionnant sur pile ou divers équipements (compteurs d’eau et d’électricité, de stationnement…). Les données récoltées pourront être mises à disposition, et des systèmes d’aide à l’exploitation s’appuyant sur les capacités et expertises de BIMCity pourront être développées. Au nombre des pistes de développement : « des outils d’aide à l’optimisation de la gestion de l’eau, des déchets, et des systèmes d’alerte pour des interventions rapide (basculement de poteau, défaut électrique, fuite d’eau, de gaz…). L’amélioration des conditions de circulation étant un enjeu majeur pour l’ACT, les outils d’aide au stationnement, de comptage de véhicules et de personnes et de suivi de parcours, seront autant d’aides à la planification urbaine, en parallèle de la mise en œuvre d’’une « green wave » pour cyclistes », souligne Alexis Tillie. Ainsi dénommée parce qu’elle coordonne une suite de feux tricolores, la « vague verte » garantit une fluidité de circulation  aux vélos.

L’objectif de cette salle d’exposition est triple : confirmer les capacités d’extension de l’épine dorsale du système, donner des exemples de capteurs différents et enfin inciter le gouvernement à consolider son projet global de smart city.

Article mis à jour le 22/07/2019